Catégories
Le blog

On teste la MHM

Cette semaine, nous avons tenté de mieux comprendre le fonctionnement de la MHM (méthode heuristique des maths), qui séduit de plus en plus de profs.

Nous avons discuté avec des enseignants utilisateurs de la MHM, dans différentes écoles franciliennes, et visité une classe de CE2 de Saint-Denis (93).

Les points qui semblent le plus séduire les PE sont les suivants :

  • La facilité d’usage au quotidien pour le PE : les séances sont expliquées en termes simples, présentées sur une seule page, avec des étapes clairement identifiées.
  • Les supports variés et souvent ludiques (mini-fichiers individuels, jeux de plateau et de cartes, fiches exercices classiques, support vidéo-projetables pour les temps collectifs…)
  • La forte place donnée au travail en ateliers, aux jeux mathématiques et à la manipulation. Les élèves sont souvent actifs.
  • Le matériel simple à se fournir ou à créer soi-même.
  • La méthode revient régulièrement sur les mêmes apprentissages, et des temps de remédiation y sont prévus, ainsi que des fichiers qui facilitent la différenciation.
  • Les activités de géométrie variées (plus que dans d’autres méthodes où elles ont peu de place) et souvent liées au réel (on va mesurer des objets du quotidien).

En revanche, pour certain.e.s PE, la méthode a des limites à compenser en ayant recours à d’autres outils :

  • La différenciation trop limitée : Même si des exercices de difficulté variable sont proposés parfois, notamment avec les mini-fichiers, il n’en reste pas moins que tous les élèves abordent les mêmes notions au même moment. Certains élèves sont amenés à s’ennuyer et d’autres n’ont pas suffisamment le temps de pratiquer certaines notions de base avant d’aborder la suite.
  • Le manque de méthode pour aider les élèves à résoudre les problèmes proposés.
  • La méthode se veut globale et laisse donc peu de place à la créativité de l’enseignant. Ce qui est un avantage pour certain.e.s est gênant pour d’autres.
  • Le peu de lien avec le monde réel. Le fait de mesurer des objets du quotidien et de travailler sur des problèmes ne suffit pas à faire le lien entre maths et monde réel.

NB : La MHM est développée par l’IEN Nicolas Pinel depuis 2015 et désormais publiée par les Editions Nathan. Son contenu reste accessible en ligne.  Elle a depuis été transposée au domaine de l’enseignement du français, avec la MHF.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s